la drogue a failli me détruire,

 

la drogue a failli me détruire

 Dés que Sophie arrive avec sa poussette au bout de la cité, sous le pont de la nationale, elle accélère le pas. Elle a beau baisser la tête et faire retomber ses longs cheveux sur son visage, ses copains d'autrefois l'ont bien reconnue."hé! Sophie! pourquoi tu ne viens plus? j'en ai de la bonne pour toi!" Cette voix, elle la reconnaît bien:c'est moussa, le dealer de la cité. Sophie lève la tête.Oui, la bande d'autrefois est bien là, au grand complet. Et, apparemment, rien n'a changé. Ils traînent toujours sous le pont, parmi les matelas éventrés, le regard vide, le visage pale et le look crade.

Tu te crois au paradis, mais tout est faux!
 Sophie s'est arrêtée pour contempler le tableau sordide. Oui, cela avait été sa vie à elle aussi. Le vide., la saleté, la drogue...Mais elle a su trouver la force de dire non.Comment avait-elle pu dire oui un jour?" je me souviens seulement que j'avais 14ans quand j'ai essayé avec la colle:la tête dans le sac, et quand tu la ressors, tu chavires un grand coup. Après, tu voudrais que ce soit toujours comme çà! Maintenant que j'ai repris le lycée, j'ai découvert un poème, Baudelaire, qui parle des "paradis artificiels". On ne peut pas savoir comme c'est vrai. Tu te crois vraiment au paradis avec la came.Mais tout est faux!" Sophie a mis deux longues années pour comprendre. "C'est sur, je voulais souvent arrêter. Mais c'est tellement plus facile de continuer..."Très vite, Sophie est passée des drogues douces aux drogues dures. Pour payer ses doses, elle utilise le porte-monnaie de sa mère. Puis, elle commence à voler dans les supermarché. L'école, elle n'y va plus depuis des mois. Elle passe ses journées avec ses copains, sous le pont. Chez elle, personne ne remarque sa lente descente en enfer:depuis que son père est parti, sa mère s'occupe surtout de ses nombreux compagnons qui changent d'une semaine sur l'autre. Seule Martine, sa seure aînée, lui demande de temps en temps de ses nouvelles.Martine avait vécu un peu comme Sophie. Mais elle s'en est sortie, il y a longtemps. Elle a du travail, elle vient de se marier et elle attend un bébé. Elle s'inquiète de voir Sophie de plus en plus maigre, de plus en plus pale. Une fois, elle la rattrape de justesse quand elle est en train de tomber dans les pommes. Martine sait mieux que sa soeur que la drogue vendue dans les citès est doublement dangereuse: non seulement elle rend dépendant, mais, en plus, elle rend malade. Elle risque de tuer parce qu'elle n'est pas "propre".

Pour plus de profit, les trafiquants la mélangent avec de tout ce qui peut ressembler à de la poudre blanche. Des cocktails vraiment mortels! Mais Martine se tait, elle sait bien que les paroles ne servent à rien.

 

Une autre vie, une vie nouvelle a commencé
Un jour, elle va voir Sophie sous le pont. Une petite lueur de curiosité allume les yeux vides des copains. Qu'est-ce qu'elle vient chercher ici celle-là, dans leur camp? ils seraient encore plus étonnès s'ils pouvaient l'entendre: " je vais à la maternité la semaine prochaine. Nous avons pensé, Jerome et moi, que tu pourrais peut-être nous aider.Tu sais,je ne voudrais pas donner le bébé à une nourrice. Il serait bien mieux avec toi!"Sophie est secouée, sous le choc. Quelqu'un aurait donc besoin d'elle?Deux jours plus tard, elle sonne le soir à la porte du petit pavillon éloigné de la cité, où Martine et Jerome habitent. Le paisible dîner en famille est le début d'une nouvelle vie pour Sophie. Le lendemain, Jerome l'emmène chez un médecin. Il lui donne des médicaments qui l'aident à supporter le manque de drogue, en attendent une place dans une clinique. Il lui prescrit un traitement qui aide son organisme à retrouver la force nécessaire pour lutter contre les conséquences de l'intoxication. C'est la première fois que l'on s'occupe d'elle ainsi.Que quelqu'un partage avec elle autre chose qu'un bref voyage dans la came.Sans leur dire un seul mot, Sophie passe devant ses anciens copains. Puis , elle s'arrête. Elle se tourne vers eux et sourit. Eux ne sauront jamais pourquoi. Mais elle, elle sait désormais que c'est terminé, et à tout jamais.

Lentement, Sophie continue son chemin et conduit la poussette sur les cailloux du sentier qui mène en dehors de la cité. Tout doucement, pour éviter de réveiller le bébé. Martine et Jerome ont choisi de l'appeler Sophie.

Pour eux, c'est l'enfant du bonheur. Pour Sophie, c'est l'enfant qui, en quelque sorte, lui a sauvé la vie.

Douce ou dure: il n'y a pas de drogues inoffensives, elles sont toutes très dangereuses. Non seulement elles conduisent toutes à la dépendance, mais elles détruisent aussi les cellules du cerveau!

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Ouah ! Programme de fidélité

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

TOUS DEVENUS FOUS DIRECTEMENT DANS VOTRE BOITE MAIL

inscription newsleters

×